Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 mai 2006

"Gourmandise, paresse, luxure : ce sont les trois vertus cardinales, les vertus de la Fête. Le Paradis sur terre."Jean-Louis Bory



podcast

 

 

Parfois c'est à se demander ce qu'on a dans la tête...ses ovaires ? Bref, me voici encore confrontée à une luxure éhontée, et non contente de cet état d'excitation déjà plus que tendancieux, voila qu'il m'a fallut m'affubler d'une guêpière contraignante sous la soie caressante...Faut-il être esclave de son désir pour s'infliger un pareil supplice! Vous, Messieurs, vous ne connaissez probablement pas ce contraste tantalisé des baleines qui forcent  à se tenir droite, le 95C au balcon, bien mis en évidence par l'échancrure du chemisier et une petite broche papillon qui se veut chaste mais dont les petits diamants attirent le regard exactement ou il faut, avec le satin glissant de la soie qui chatouille à chaque pas bien claqué sur le sol, en même temps que les chairs rebondissent. Ah oui, parce que on ne peut pas marcher autrement qu'en tapant énergiquement des talons pour bien faire trembler ses rondeurs bien sur, on ne sait jamais, quelqu'un pourrait ne pas s'apercevoir de cet état d'avancement lubrique. Bien sur, je dégouline lamentablement et si le Prince de Fleurs refuse le viol, il faudra que je lui montre comment je me débrouille toute seule comme une grande avec mes jouets... Enfin souhaitez moi bonne chance, sinon demain ce Blog sera transformé en site de rencontres coquines ;-)

jeudi, 18 mai 2006

"L'amour a son instinct, il sait trouver le chemin du coeur comme le plus faible insecte marche à sa fleur avec une irrésistible volonté qui ne s'épouvante de rien." Honoré de Balzac


podcast

 

Toujours ces mots qui me brûlent les lèvres,

Qui veulent jaillir hors de moi et m'enfièvrent.

Pourquoi tant résister à l'irrésistible tentation,

De qualifier le tourbillon de sa passion.

Chacun sait qu'a les dire trop facilement,

On risque d'en détruire le sens assurément.

Mais pourquoi ces paroles au reflet d'éternité,

Ne pourraient-elles pas dans l'élan d'un instant être jetées?

Seraient-elles tellement moins belles,

Si on ne les jurait pas éternelles?

A trop craindre de les désacraliser,

Enfouies, elles restent paralysées,

Enfermées dans le cercueil des non-dits,

Elles attendent aux portes du Paradis,

Interdisant l'accès au firmament

Du bonheur partagé des amants.

 

mercredi, 17 mai 2006

Ma tête, mon cœur (version fille)

Petite surprise...juste pour vous...*


podcast

 

Ma tête, mon cœur (version fille)

version originale de Grand Corps Malade  ici


Le corps féminin est un royaume ou chaque organe veut être roi
Il y a chez la femme 3 leaders qui essayent d'imposer leur loi.
Cette lutte permanente est la plus grosse source de revers
Elle oppose depuis toujours la tête, le cœur et les ovaires.
Q’les messieurs nous excusent si on fait des trucs pas clairs
Si un jour on est en chaleur, le lendemain  protocolaires.
C'est à cause de c'combat qui s'agite dans notre corps
La tête, le cœur, les ovaires discutent mais sont jamais d'accords.
Mon cœur est une vraie éponge, toujours prêt à s'ouvrir
Mais ma tête un soldat qui s'laisse rarement attendrir.
Mes ovaires sont motivés, aimeraient bien pé-cho c'beau brun
Y'en a un qui veut pas, 'tain mon cerveau m'casse les reins
Ma tête a dit a mon cœur qu'elle s'en bat les ovaires
Si mes ovaires ont mal au cœur et qu'ça crée des revers
Mes ovaires ont entendu et disent à ma tête qu'elle a pas d'cœur
Comme mon cœur gèle de froid, ma tête n'est pas prête d'avoir peur
Moi mes ovaires sont têtes en l'air et ont un cœur d'artichaut
Et quand mon cœur perd la tête, mes ovaires restent au chaud.
Et si ma tête part en vrille, mon cœur est en défaite
J'connais cette histoire par cœur, elle n'a ni cul ni tête
Moi les hommes me craignent, autant qu'je suis folle d'eux
Vous comprenez maintenant pourquoi chez moi c'est foireux
J'ai pas trouvé la solution, ça fait un moment que j'm'affaire
Je resterais sous l'contrôle d'ma tête, mon cœur et mes ovaires.

*enregistré avec les moyens du bord qui sont debordés ;-)

Une autre version chez Soul Twin Mel :-)

mardi, 16 mai 2006

"Ma tête, mon coeur" Grand Corps Malade

Ce texte decouvert dans Taratata (sur TV5), m'a beaucoup amusee. Avant tout, c'est un tres beau texte et si vous recuperez l'album, vous verrez que la voix ajoute encore au charme de ce jeune "slamer". Mais surtout, le style "homme, mode d'emploi" est assez craquant. Comme si les hommes avaient besoin de nous expliquer leur fonctionnement a nous les femmes, parce que nous les femmes nous fonctionnons si differement ;-) Cette idee me plait beaucoup. Sans avoir la pretention de comprendre les hommes, ni meme les femmes d'ailleurs, il me semble tout de meme que dans le domaine aborde, il y a plus de similitudes que ce qu'on nous apprend. Ce sujet a deja ete evoque plusieurs fois sur ces pages en echo a d'autres Blogs de femmes, mais aujourd'hui, il m'inspire une reponse en miroir que vous trouverez a la suite de son illustre modele.

 

Ma tête, mon coeur

Artist: Grand Corps Malade
Album: Midi 20
Year: 2006
Title: Ma Tête, Mon Coeur
 



Le corps humain est un royaume ou chaque organe veut être le roi
Il y a chez l'homme 3 leaders qui essayent d'imposer leur loi
Cette lutte permanente est la plus grosse source d'embrouille
Elle oppose depuis toujours la tête, le coeur et les couilles
Que les demoiselles nous excusent si on fait des trucs chelous
Si un jour on est des agneaux et qu'le lendemain on est des loups
C'est à cause de c'combat qui s'agite dans notre corps
La tête, le coeur, les couilles discutent mais ils sont jamais d'accords
Mon coeur est une vraie éponge, toujours prêt à s'ouvrir
Mais ma tête est un soldat qui s'laisse rarement attendrir
Mes couilles sont motivées, elles aimeraient bien pé-cho cette brune
Mais y'en a une qui veut pas, putain ma tête me casse les burnes
Ma tête a dit a mon coeur qu'elle s'en battait les couilles
Si mes couilles avaient mal au coeur et qu'ça créait des embrouilles
Mais mes couilles ont entendu et disent à ma tête qu'elle a pas d'coeur
Et comme mon coeur n'a pas d'couilles, ma tête n'est pas prête d'avoir peur
Moi mes couilles sont têtes en l'air et ont un coeur d'artichot
Et quand mon coeur perd la tête, mes couilles restent bien au chaud
Et si ma tête part en couilles, pour mon coeur c'est la défaite
J'connais cette histoire par coeur, elle n'a ni queue ni tête
Moi les femmes j'les crains, autant qu'je suis fou d'elles
Vous comprenez maintenant pourquoi chez moi c'est un sacré bordel
J'ai pas trouvé la solution, ça fait un moment qu'je fouille
Je resterais sous l'contrôle d'ma tête, mon coeur et mes couilles.

 

Ma tête, mon coeur (version fille)

Le corps feminin est un royaume ou chaque organe veut être le roi
Il y a chez la femme 3 leaders qui essayent d'imposer leur loi
Cette lutte permanente est la plus grosse source de revers
Elle oppose depuis toujours la tête, le coeur et les ovaires
Que les messieurs nous excusent si on fait des trucs pas clairs
Si un jour on est en chaleur et qu'le lendemain on est protocolaires
C'est à cause de c'combat qui s'agite dans notre corps
La tête, le coeur, les ovaires discutent mais ils sont jamais d'accords
Mon coeur est une vraie éponge, toujours prêt à s'ouvrir
Mais ma tête un soldat qui s'laisse rarement attendrir
Mes ovaires sont motivés, ils aimeraient bien pé-cho c'beau brun
Mais y'en a un qui veut pas, 'tain mon cerveau m'casse les reins
Ma tête a dit a mon coeur qu'elle s'en battait les ovaires
Si mes ovaires avaient mal au coeur et qu'ça créait des revers
Mais mes ovaires ont entendu et disent à ma tête qu'elle a pas d'coeur
Et comme mon coeur gele dans l'froid, ma tête n'est pas prête d'avoir peur
Moi mes ovaires sont têtes en l'air et ont un coeur d'artichot
Et quand mon coeur perd la tête, mes ovaires restent au chaud
Et si ma tête part en vrille, mon coeur est en défaite
J'connais cette histoire par coeur, elle n'a ni cul ni tête
Moi les hommes me craignent, autant qu'je suis folle d'eux
Vous comprenez maintenant pourquoi chez moi c'est sacrément foireux
J'ai pas trouvé la solution, ça fait un moment que j'm'affaire
Je resterais sous l'contrôle d'ma tête, mon coeur et mes ovaires.

Une autre version chez Soul Twin Mel :-)


 

samedi, 13 mai 2006

"L'amour est un petit bateau Qui s'en va, tout joyeux, sur l'onde, Voguant vers des pays nouveaux Au hasard de sa course vagabonde." Charles Trenet


podcast

 

Quand on aime les mots, leur musique et leur murmure, 
comment résister au plaisir subtile de dire, chanter, écrire, les mots de l'amour?

Ces délicieuses digressions ne sont-elles que des bulles d’émotions prêtes à éclater ?

Ces égarements poétiques sont-ils une douce illusion bercée par l’envie, le besoin d’être aimé et d’aimer ?

La confusion des sentiments naissants est déroutante.

Chaque déception nous enchaine à l’incrédulité et au doute.

Et puis le tourbillon des passions devient plus fort,
une à une les chaines se brisent,
et soudain plus rien ne saurait nous retenir.

On s’abandonne alors au puissant courant
et on se laisse emporter léger,  
porté par l’espoir que,
de l’autre coté du siphon vertigineux,
le rivage sera calme
et les deux cœurs enfin fusionnés
pourront se dorer au soleil éternel.

 

vendredi, 12 mai 2006

"Trente rayons convergent au moyeu, mais c'est le vide médian qui fait marcher le char." Lao-Tseu

Confondante convergence

Eblouissante urgence

Deconcertante emergence

Stupefiante exigence.

 

Par dela les divergences,

Ranger son intransigeance,

Invoquer son intelligence,

De l'amour puiser l'indulgence.

jeudi, 11 mai 2006

Variations sur un Fantasme, Dieu Indifferent Opus #4

Selon les precautions d'usage, ceci est à reserver à une lecture dans l'intimité.

Si vous n'êtes pas majeur(e) et averti(e), n'allez pas plus loin. Cliquez plutot ici!

Prenez votre temps, respirez a fond, installez-vous confortablement,
comme toujours les preliminaires sont importants ;-)
Bonne lecture!

Lire la suite

mercredi, 10 mai 2006

No comment...:-)


podcast
medium_poeme_lamondre_9-may-06.jpg

mardi, 09 mai 2006

"Oser et faire. Il est plus facile de demander le pardon après, que la permission avant." Grace Hopper


podcast

 

Voyons, voyons voir si j'ose,

Éternelle rebelle sans cause,

Effacer l'humeur morose,

Vous obliger à la pause.

 

Au creux de ma maison close,

Avec une bonne dose d'hypnose,

De délicatesse virtuose,

Faire oublier toute chose.

 

Dans la plus parfaite osmose,

Guider votre métamorphose

Vers une destinée grandiose,

Vers un rêve d'apothéose.

 

lundi, 08 mai 2006

"Choisir, être choisi, aimer : tout de suite après viennent le souci, le péril de perdre, la crainte de semer le regret." Colette

Hesitations...

Il y a ce texte sur mes courbes qui ne cesse de me taquiner sans vouloir vraiment se laisser apprivoiser. Ce matin encore, en chevauchant le Prince de Fleurs, le miroir me renvoit une image digne d'un Renoir de la fin. L'energie et les ondulations ne s'accordent pourtant pas avec mes prejuges sur les grosses...Les mots s'accouplent mais ce texte me nargue, pas encore mure...

 

Il y a ce texte sur le commencement. Cet instant magique et irreel ou l'on s'apercoit, sans trop oser y croire, qu'il y a quelque chose et que ce quelque chose est partage. Ecouter la musique de son coeur raisonner d'un autre coeur. Retenir sa respiration pour arreter le temps et prolonger le moment...Ce texte est trop delicat, trop timide, il n'a pas encore la confiance de l'evidence.

 

Il y a ce texte sur l'attente, l'espoir, le desespoir de l'attente. L'abandon. Attendre comme on attend l'ineluctable. Perdre confiance. Tenter de se raisonner. Tenter de compenser. Tenter de se distraire. Ces mots-la me consumment a petit feu, ils sont la, omnipresents, veulent flamber en peine lumiere. Ne pas les sortir. Ne pas culpabiliser celui qui semble me fuir et qui en est l'inspiration...

 

Il y a ce texte sur la puissance et l'impuissance de l'empathie. Sur la frustration de savoir que quelqu'un ne va pas bien, et qu'on ne peut rien, soit parce qu'il n'en a pas conscience, soit parce qu'il n'a pas confiance. Sensation d'avoir le pouvoir de pressentir mais pas celui d'agir. Inutilite du don. Ces mots sont trop noirs, trop cote vide du verre. Ils appartiennent a d'autres pages.

 

Il y a ce texte sur un Dimanche consacre en entier a la chevelure de la Fillotte. L'envie qu'on compatisse a la galere de defaire et de refaire huit heures durant pour obtenir une jolie chipie. Et oui, le regain d'estime de soi toujours collecte a cette occasion transforme la Fillotte en vraie pimbeche. Mais qui pourrait s'interesser plus de trente secondes a une activite aussi vide de sens.

 

Il y a ce texte sur la fureur de la creation. Boulimie artistique. Pulsion irrestible d'explorer d'autres modes d'expression, d'autres desirs, d'autres univers, de penetrer dans une autre dimension, de s'abandonner aux exces, aux courants. Entrainer tous ceux qui se laissent faire dans le tourbillon vertigineux de cette luxure creative. Mais ce texte la est assujeti au bon vouloir de ses inspirateurs.

 

Comme toujours, ne pas choisir ;-)

Vouloir tout, tout le temps!

Choisir, c'est comme partir, c'est un peu mourir...

 

dimanche, 07 mai 2006

"Nous sommes les abeilles de l'Univers. Nous butinons éperdument le miel du visible pour l'accumuler dans la grande ruche d'or de l'invisible." Rainer Maria Rilke

Adoratrice accumulatrice

Generatrice de caprices

Initiatrice inspiratrice

Manipulatrice mystificatrice

Prestidigitatrice simulatrice

Conspiratrice fabulatrice

Provocatrice profanatrice

Regeneratrice bienfaitrice

 

samedi, 06 mai 2006

"Il suffit d'un très petit degré d'espérance pour causer la naissance de l'amour." Stendhal

Pour la premiere fois en deux ans et demi, le Fillot me regarde droit dans les yeux le plus naturellement du monde et me demande: "Can I have some more salad please?"...

Eberluee!

Quelques minutes plus tard, a nouveau ses yeux en confiance dans les miens: "Mom, I am still hungry, can I have some more please?"

Pour le coup, j'en fait la remarque au Prince des Fleurs...ensemble nous nous extasions et nous felicitons le Fillot dont les yeux petillent de joie...

Depuis, il est un ange avec moi...

 

vendredi, 05 mai 2006

"On dit que le désir naît de la volonté, c'est le contraire, c'est du désir que naît la volonté. " Denis Diderot



podcast

 

Depuis la reconnexion avec le Dieu Indifférent, vivre en permanence avec un désir proche de la folie. Les cuisses humides, le corps sous tension, sensible à la moindre sensation, la plus petite caresse du vent, le plus fin baiser de la pluie, le plus ténu rayon de soleil, le plus retenu regard concupiscent, le plus timide sourire. Envie de faire l’amour tout le temps, le cœur battant. Depuis le passage du deuxième visiteur étoile filante, une capacité de jouissance décuplée, la 8ème Marche. Une combinaison de plaisir physique d’une nouvelle intensité et d’une satisfaction spirituelle indicible. La première fois était si inattendue…que…
« Pour la première fois depuis que vous avez pris possession de moi, le Prince des fleurs me soumet à son désir. Je redoutais ce moment que je n'ai rien fait pour provoquer... Je me sens coupable parce que vous êtes en moi, moi qui n'ai jamais éprouvé l'ombre de ce sentiment quand j'ai prêté mon corps à plusieurs hommes en même temps... Je me sens coupable vis à vis de vous et de lui, et en même temps, bénie par tant d'amour.
Mais le plaisir auquel je m'abandonne est tel qu'il me fait pleurer.
Comme vous êtes encore là, je pleure encore...Je ne sais si c'est de bonheur ou de douleur...peut être juste un trop plein d'émotions...ou la musique avec laquelle le Prince des Fleurs m'a laissée dont chaque note vous évoque, le prélude de l'Ave Maria, le Clair de Lune de Debussy,...Je vous imagine embrasser la caresse des larmes sur mes joues...Je voudrais tant me blottir dans vos bras... »
Depuis la disparition de l’étoile filante, le plaisir n’a pas baissé d’intensité. Chaque nouvelle étreinte est un nouveau sommet que nous découvrons avec enthousiasme, nous étonnant nous même. De plus, d’autres visiteurs accompagnent parfois ces unions…
Cette nuit, juste vêtue de mon très long collier de perles, après les quatre orgasmes généreusement offerts par le Prince des Fleurs, la jouissance s’est prolongée longtemps après qu’il se soit retiré, sous l’emprise du Chevaleresque Troisième Visiteur...
D’aucunes seraient rassasiées me semble-t-il, mais ce serait sans compter avec les préliminaires perpétuels des visiteurs.
Toutes les visites ne sont pas de même nature. Certaines sont tendres et délicates, d’autres raisonnent comme des appels au secours, d’autres encore parfois sont féroces et animales, et enfin nombreuses sont celles qui font frémir mon intimité et pointer mes seins.
Toutes cependant entretiennent le désir au bout de mes nerfs.
Parfois, il est possible de discerner le visiteur présent. Par exemple, l’obsession du Dieu Indifférent pour ma poitrine me permet en général de le reconnaitre. Parfois, la sensation est trop diffuse, ou peut être parasitée par plusieurs visites simultanées…
On pourrait aussi croire que ce ne sont que des rêves...sauf que si elles ne sont pas recues en plein jour, les visites me reveillent la nuit et que c'est donc toujours les yeux grands ouverts que je deguste, gourmande, ces caresses irréelles.

 

Vous devez me croire folle…peut être le suis-je…mais qu’est-ce que c’est bon…


 


 

Une annecdote pour lesyeux

Depuis toujours, les gens ne sont en general pas indifferents a mon endroit. Tres vite, soit ils m’adorent, soit ils me detestent. Il m’a donc fallut tres tot apprendre a gerer des reactions tranchees. Comme la violence sous aucune forme ne m’attire, mon choix s’est naturellement porte vers la non-violence.
Son nom m’echappe mais son visage m’apparaît encore tres clairement. C’etait un beau tenebreux, pas tres grand mais assez costaud, il prenait des airs machos en paradant devant les filles de la classe. Nous preparions notre Bachelors Degree, nous devions avoir 20 ans. Il a commence des le premier jour. Au lieu de repondre a mon bonjour poli, il a lance sa premiere vanne gratuite, fanfaronnant parmis les autres jeunes coqs qui l’entouraient. Et des le premier jour, j’ai affute ma strategie de reponse. L’esprit de repartie ne me fait pas defaut, et donc choisir l’engagement eut ete une decision qui m’aurait probablement assure une victoire rapide. Mais il en serait sorti ridiculise, et vu que son attitude macho denottait deja un profond manque de confiance en lui, le cœur m’a manque. Alors, c’est vers la tendresse que mon choix s’est porte. A chaque critique, toujours plus mechante, qu’il m’envoyait, en general, d’une voix forte quand j’avais le dos tourne, je prenais une grande respiration, je me conditionnais en me disant, voila le plus beau compliment que tu aie jamais recu, j’allais puiser tout au fond de mon cœur mon sourire le plus reconnaissant, je me retournais et je lui decochais, les yeux petillants. Ca a dure des mois…Chaque jour il m’offrait ses mechants hommages, chaque jour il recevait de francs sourires en retour.
Puis est venu le temps du seminaire de ski. Toute la classe enfermee dans un microcosme pendant huit jours, la fete permanente et tous ses abus. Les masques tombent…Un soir que, par hasard, nous nous etions retrouves seuls quelques instants, les brumes de l’alcool aidant, il m’a avoue son amour d’une maniere fort touchante. Mais comment aurais-je pu accepter les sentiments d’un homme qui n’avait pense qu’a m’humilier en public pendant tous ces mois ? Moi qui a l’epoque etais fort insensible et degaignais cruellement les amoureux transits tels que lui, j’ai tout de meme reussi a l’econduire en douceur. Bien sur les mechancetes n’ont jamais repris, et nous sommes meme devenus assez bons amis.
Alors, lesyeux, « L’essentiel est invisible pour les yeux… ». Une manifestation aggressive est souvent une manifestation d’interet mal formulee. En effet, qui voudrait faire changer quelqu’un qui lui est indifferent ? Pourquoi ? On peut souvent aussi observer que ces eclats contiennent un phenomene de tranfert. L’aggresseur accuse sa victime de ce qu’il se reproche inconsciemment. Il est donc preferable de ne pas prendre personnellement ces attaques et d’y repondre par la compassion car, au fond, ces personnes souffrent beaucoup.

jeudi, 04 mai 2006

« Prendre le temps de réfléchir, telle est la manière courtoise et vraie de commencer et de poursuivre une conversation. » Luther Standing Bear


podcast

Le Chevaleresque Troisieme Visiteur s'est approche
En fin de journee pour un orage celebrer.
Doucement a pas de loup mais mon epuisement constate,
Il est reparti sur la pointe des pieds.
En s’esquivant, le fier chevalier a juste abandonne
Quelques minuscules larmes de pluie eparpillees.
Son amour courtois m’enveloppe d’un respect reconfortant,
Sa sensibilite sans peine et en douceur me guidant.
La tendresse de son ame tisse autour de moi
Un dou cocon de la plus fine soie
Ou a l’abris de la furie, du froid,
Mon ame se remet de ses emois.
Le Sage Quatrieme visiteur s’est enfin revele,
Comme une bouteille a la mer son message a lance.
Deux autres ames chantent encore dans mon cœur,
Leur murmure presque imperceptible telle une rumeur.
Ces hommes ne sont pourtant pas encore Visiteurs
Mais leurs esprits raisonnent tout de meme admirateurs.
Quel delice d’etre si bien entouree,
De pouvoir affronter la vie ainsi epaulee.