Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 mars 2006

"La rêverie vagabonde est nécessaire à une bonne hygiène de vie, à l'équilibre de l'homme dans la bourrasque quotidienne." Bernard Pivot

Encore aujourd’hui, je n’ai pas le bonheur de vous lire en me réveillant. Pire, je reçois de bon matin, mon premier commentaire franchement négatif sur le Blog…Il me parait improbable que quelqu’un prenne cette peine et cela ne m’affecte guère, surtout avec une moyenne de plus de 50 visites par jour en constante augmentation. C’est juste que je préfère les mots d’amour, les pensées câlines, les émotions humides…Hier, vous me disiez que vous vous rattraperez, je n’en garderais que l’intention. Je ne vous crois plus quand vous dites ce genre de choses. En plus, d’une part vous n’avez pas à vous rattraper et d’autre part il est impossible de rattraper les sensations éphémères. On peut tout au plus les consigner dans un journal comme celui-ci pour tenter de les immortaliser mais certainement pas les rattraper. Carpe Diem. Souvenir de la lecture du Journal d’Ann Frank, quand j’avais à peu près son age…J’avais l’impression qu’elle décrivait ce que je ressentais.

Le message de Souveraine a collé cette chanson de Goldman dans ma tête. :
« Elle met du vieux pain sur son balcon,
pour attirer les moineaux, les pigeons.
Elle vit sa vie par procuration,
devant son poste de télévision. »

Mon Eric, c’est vrai qu’il vit à travers moi…Il n’y a guère qu’en vacances qu’il se retrouve un peu. Le reste du temps, je suis son cœur, son corps et ses yeux aussi. Il faudra un de ces quatre, que je poste un fantasme que je lui ai écrit avant de commencer le Blog. Il y a toujours eu cette part de fantaisie entre nous, cette part de curiosité presque malsaine, cet échappatoire. Même si lors de notre épisode physique, c’était plus sexuel que sentimental. Fred ne m’avait pas encore appris à ressentir, à aimer. Enfermée dans ma tour d’ivoire, je confondais encore sexe et sentiments.

Bon là, vous devez être paumé pour le coup…Sans Eric, je n’aurais pas rencontré Fred…Sans Fred, je n’aurais pas retrouvé Eric…Et pourquoi croyez-vous que je n’ai aucune intention de choisir ?

Un frisson de pensée pénètre mes cervicales et se répend comme un torrent bouillonnant le long de mes épaules et de mes bras. Etes-vous en train de lire mon message de bonne soirée à cet instant précis ? Refreiner mon impulsion de vous appeler sur le champs…vous ne seriez pas vraiment disponible de toute manière…me parlant comme à une étrangère…