Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 octobre 2006

"La jalousie voit tout, excepté ce qui est." Xavier Forneret

medium_090406rain.jpg
 
 




Affres d'une jalouse possession
Déclenchent colère et passion
Pourquoi enfermer l'ouragan?
S'approprie-t-on le temps?
Comment capturer la lumière?
La douceur est sans propriétaire
Pas de maître pour de l'Amour l'esclave
Émancipée, libre de toute entrave
Disponible à chaque égarement
Ouverte à tous ou aucun vent
Si l'infidèle ne peut être enchaînée
Sachez des désirs vous libérer
Vaincre la jalouse possession
Terrasser colère et passion

vendredi, 22 septembre 2006

"La douceur c'est la plénitude de la force." Alphonse Gratry

medium_Galaxies_Arachnides.jpg
podcast
Coeur à coeur, nous avions exploré les prémices de la grâce
Pourtant il fallut continuer sans vous la défaite de l'espace

Vous vouliez vivre les enchantements des contes de fées
Et aux belles écorchées, il est si difficile de résister
Pendant que dans les illusoires chairs  vous batifoliez
La soumise, stoïque et triste, vous observait vous étioler

Certains domaines doivent par soi-même s'appréhender
Une fois libéré des sortilèges fictifs des âmes égarées
Et affranchi de la vision translucide de l'extasiée effacée
Tout au fond de la surface intérieure resplendit la vérité

Lorsque de votre coeur meurtri vous accepterez la grâce
Vous volerez seul dans les chaos épanouis de l'espace

samedi, 16 septembre 2006

"Qui aime la femme est cousin du soleil." Proverbe turc

medium_clair-obscur.jpg
 

 

Le vent dépose une mousseline de cristal
Dans les draperies de cieux brumeux de métal.

Au loin, à coté, la fête bat son plein de vide,
Des dizaines d'enfants courent en rires limpides.

Les yeux au firmament, il n'y a que dans les nues
La caresse bruissante de l'Amour reconnu.

La noirceur complice de l'orage fusionne
Avec le soleil en clin d'oeil d'ombre lionne.

Rien ne perturbe l'alignement impalpable,
Solide, l'eau insondable coule ineffable.

Ecoutez...podcast


jeudi, 14 septembre 2006

"Quand on surveille, les patates cuisent trop lentement. Quand on va faire du piano en attendant, elles cuisent beaucoup trop vite." Thierry Midy

medium_Big_Brother_Aude.jpg

Visiteurs ou Big Brothers...

 
Je me sens surveillée...
 
Je ne suis pas parano, les différents petits outils d'analyse de trafic sont formels, je suis surveillée...

Ça m'angoisse un peu. Il y en a un qui dirait qu'il n'y a pas de vie privée sur un banc public, et il aurait raison...

N'empêche, surtout quand un visiteur "n'a pas le temps" de s'adonner a l'un de nos rites et qu'il trouve tout de même 6mn20 pour venir lire ici, j'avoue que ça m'agace...
 
J'essaie de ne pas en tenir compte mais inconsciemment je suis sure que ça a une influence...Ça me donne envie de provoquer...D'arrêter d'écrire, histoire qu'eux aussi gardent leurs questions sans réponses et connaissent le gout particulier de l'inquiétude...Je résiste a la tentation, enfin je fais de mon mieux...

Je sais que parfois on est pas prêt pour le dialogue, surtout avec une envahisseuse comme moi, et je le comprends. Ça m'arrive souvent aussi, même si j'essaie de m'en préserver. Mais ce qui me dérange, c'est cette inégalité. Eux ont les moyens de "prendre des nouvelles" sans avoir a en donner. Ils me laissent donc dans l'incertitude et l'ignorance qui viennent s'ajouter a la cacophonie ambiante de leur multiples présences...J'essaie de me blinder, de me dire que cet "espionnage" pseudo anonyme reste un hommage même muet, une attention...Mais j'ai un peu de mal surtout quand le cas isolé se transforme en épidémique et qu'ils sont plus d'un a opérer de la sorte, voire tous le même jour! Je sais, c'est de ma faute...Je paie ma transparence sur la non-exclusivité de mes relations. Ils doivent tous penser qu'ils peuvent être silencieux quelques jours, il y en aura toujours un pour s'occuper de moi...Sauf que c'est aussi vrai que de se dire: "si je perds la vue, les oreilles prendront la relève..."

Mais bon, comme je n'attend et n'exige rien, ce qui peut etre pris a tort pour de l'indifference, et que je pardonne toujours tout, ce qui a nouveau peut etre confondu a tort avec de l'indifference, que puis-je espérer d'autre? 

vendredi, 08 septembre 2006

"La beauté du monde, qui est si fragile, a deux arêtes, l'une de rire, l'autre d'angoisse, coupant le coeur en deux." Virginia Woolf

medium_08-sep-06_rayons_du_matin_3.2.jpg

 

La lumière ne cesse de tressauter
Comme un vieux néon fatigué.
Ses hésitations sont accompagnées
D'un sifflement strident d'intuition activé.
Il y quelque chose qui cloche. Cette angoisse n'est pas mienne.
Le coeur brille toujours, sous la chape de plomb qui le freine...
De quel visiteur émane-t-elle?
Certains silences coupent les ailes. 
Quand la lumière a grand peine
A repousser  les ténèbres,
Peut-être quelques sourires...
Peut-être une bonne dose de rires...

jeudi, 07 septembre 2006

"La meilleure séduction est de n'en employer aucune." Charles Joseph, Prince de Ligne

 

Le jeu de la séduction est une démarche puérile et stérile qui vise à créer une relation artificielle entre deux êtres. En effet, ce ne sont pas les actes qui déterminent si une union est éphémère ou établie mais la nature même des individus qui est compatible ou non.

Toutes les parades amoureuses du genre proie/chasseur sont futiles et n’établissent pas de fondation pour le couple. Si l’homme a effectivement un instinct de chasseur, il y a de nombreuses manières de lui permettre de le satisfaire une fois la connexion stabilisée.

De même qu’un couple formé de deux individus qui se ressemblent est aussi une base bancale. Seule une différence flagrante entre les partenaires, voir l’incompréhension mutuelle, peut engendrer la profondeur de dialogue nécessaire à la survie de la relation. Il est certainement tentant de se retrouver dans l’autre, après tout c’est un peu comme se regarder dans un miroir, mais une fois de plus, ca n’est qu’une base artificielle qui aura peu de chance de survivre aux défis de la vie, y compris l’évolution de chacun des individus.

A la base de toute union intime, il y a d’abord le désir, et celui-ci doit être partagé. Sans désir, pourquoi chercher à s’engager plus dans une voie sans issue ? Alors, il convient de manifester son désir de l’autre très tôt et d’encourager le partenaire à exprimer le sien. Comme on ne peut être sur que de ce que l’on ressent, il s’agit de l’exposer de la manière la plus transparente possible. Si l’autre ne répond pas d’emblée, la seule chose que l’on puisse faire est inférer son propre besoin d’être désiré.

Rien ne met plus en confiance que d’être désiré et de le savoir.

Lorsque l’on a confirmation de la réciprocité du désir, on peut alors s’engager dans un processus de découverte et d’apprivoisement mutuels.

« -On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le renard. Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi!

-Que faut-il faire? dit le petit prince.

-Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près…

Le lendemain revint le petit prince.

 

medium_Prince_et_Renard.jpg

-Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l'après-midi, dès trois heures je commencerai d'être heureux. Plus l'heure avancera, plus je me sentirai heureux. À quatre heures, déjà, je m'agiterai et m'inquiéterai; je découvrirai le prix du bonheur! Mais si tu viens n'importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m'habiller le cœur… il faut des rites.

-Qu'est-ce qu'un rite? dit le petit prince.

-C'est quelque chose trop oublié, dit le renard. C'est ce qui fait qu'un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures. » Antoine de Saint-Exupéry

Chacun a eu sa dose de déceptions et de deuils dans la vie, et nous sommes tous protégés par une carapace plus ou moins épaisse que l’on croit pouvoir faire bouclier contre la souffrance. On se trompe, cette armure est plutôt un obstacle parce qu’elle nous empêche d’être naturels. Pour éviter de souffrir, il faut ne pas avoir peur de souffrir…C’est notre peur la véritable source de la douleur et des échecs tant redoutés.

Aussi pour pouvoir aborder la relation d’une manière sereine, outre de la peur, il est nécessaire de s’affranchir des enjeux et particulièrement des pulsions névrotiques que notre instinct de reproduction nous impose. Femmes comme hommes, moins on le fait, moins on en a envie. Toutefois, le corps a son propre rythme, ses propres besoins, dictés par les hormones. S’en libérer par l’autoérotisme, permet d’éviter que les pulsions ne prennent pas le pas sur la démarche d’apprivoisement. De plus, les endorphines produites par l’orgasme contribuent à maintenir un état légèrement euphorique beaucoup plus attirant. Et finalement, s’il doit y avoir passage à l’acte, le sexe sera naturellement fusionnel car délivré de la quête orgasmique.

Enfin, il faut aussi s’affranchir de l’enjeu du succès, se détacher du résultat de la démarche. L’objectif de réussite est un peu comme l’obstacle en équitation. Si vous êtes obnubilé par l’obstacle, le cheval refusera de sauter ou se cognera dedans. Pour pouvoir sauter par-dessus l’obstacle, il faut regarder après, derrière. Encore une fois, toute idée de contrôle de l’issue n’est qu’une illusion. Si les partenaires sont compatibles, la relation existe et s’épanouie. Sinon, il n’y a pas d’intérêt à la maintenir artificiellement. A quoi bon se soucier de quelque chose qu’on ne peut pas contrôler ?

En synthèse, il s'agit de se laisser aller, d'être attentif à son intuition, de désirer, d’être désiré et de s'apprivoiser affranchis de tout enjeu pour découvrir une potentielle compatibilité...La contruction sur ces solides fondations est une autre aventure!

 

mercredi, 06 septembre 2006

"La bonne grâce est le vrai don des fées ; Sans elle on ne peut rien, avec elle on peut tout." Charles Perrault

 

La vie est un véritable conte de fées
De personnages extraordinaires peuplée
Attirés par l'irrésistible clarté
Dans le câble à débit instantané
Les personnages y déposent à l'entrée
Toute leur sombre obscurité
Leurs plus lourds fardeaux
Sur le porte-chapeaux
Et plongent nus comme vers
Dans le tranquille fleuve lumière
Ils flottent et batifolent
Dans la joie que rien affole
Même de Cheshire Cat souri
Comme par l'éclair soumis
Le Prince des Fleurs les yeux bandés
Est arrivé ici sans le faire exprès
Un Maître d'âme en fut la source
Mais décida de participer à une autre course
Le Roi des Ondes est dans son élément
Rien ne démagnétise l'aimant
L'adorateur de Fossette recueille les bulles
Pour de la fusion apprêter le préambule
Un Sage Mort-Vivant y fait jouvence
Pour s'inventer un nouveau sens
Un chevalier de lumière a l'aube de la Bataille
S'y rafraîchit, s'y renforce, s'y ravitaille
Un idéaliste poète passionnel
Y entraîne de nouvelles ailes
Un embrasseur de mots et de lèvres
Y cajole de sensuels rêves
Un libertin insatiable de vie
Y flotte un fantasme assouvi
Plusieurs pourfendeurs de maladies
Y fourbissent leurs défenses sans répit
Des amoureux désabusés
Y voient des raisons d'espérer
La vie est un véritable conte de fées
De personnages extraordinaires peuplée
Comme on ne peut arrêter l'eau qui coule
Dans son halo elle emporte toute une foule

mardi, 05 septembre 2006

"Les gens sont comme des vitraux. Ils brillent tant qu'il fait soleil, mais, quand vient l'obscurité, leur beauté n'apparaît que s'ils sont illuminés de l'intérieur." Elisabeth Kubler-Ross

medium_Lumiere_02-Sep-06.jpg
 

Chercher partout
Chercher comme fous
S'acharner, se déchirer
Insister à s'épuiser
Chercher partout
Chercher comme fous
Se triturer les méninges
Dans un vrai remue-ménage
Tout tester, tout tenter
Dans toutes directions s'aventurer
Pour les souffrances justifier
Pour tâcher d'expliquer
Chercher partout
Chercher comme fous

Et puis...et puis lâcher prise
Tout abandonner à la surprise
Simplement vivre
A s'en rendre ivre
Ne plus chercher partout
Ne plus chercher du tout
Ne plus vouloir comprendre
Ne plus rien attendre
Se laisser glisser dans l'infini
Des émotions du coeur soumi
Ne plus chercher partout
Ne plus chercher du tout
Rendant les armes
Pénétrer dans l'âme
Le sourire aux lèvres
Comme dans un rêve
Et d'un seul éclair
Devenir lumière
Trouver tout
Tout partout

 

 

Ecoutez l'illuminée
podcast

 

 

lundi, 04 septembre 2006

"La joie est le soleil des âmes ; elle illumine celui qui la possède et réchauffe tous ceux qui en reçoivent les rayons." Carl Reysz

medium_Coeur_d_orage_03-Sep-06.jpg
A l'horizon s'éloignent les plus tristes rancoeurs
Dans une paix immense sans vaincus ni vainqueurs
L'éclat a supplanté l'obscurité dans le coeur
Le soleil se couche mais la lumière jamais ne meure
Exhumant les racines profondes du sens lourd
Sans lutte portée par l'inéluctable toujours
La crysalide est devenue essence d'Amour
Dans l'éblouissement d'opaline de ce jour

dimanche, 03 septembre 2006

"Rien de tel qu'un enfant pour vous mettre dans le bain du monde." Christian Bobin

medium_Main_fillotte.jpg

 

En se réveillant de la sieste, la fillotte:
"Does the world go on always?" Le monde continue-t-il toujours?
"What do you mean?" Qu'entends-tu par là?
"What happens when everybody is dead?" Que se passe-t-il quand tout le monde est mort?
"Well you know sweety, it can never happen, people die every day but there are also always new babies who are born every day. So there is always people. Why do you ask?" Tu sais chérie, ça ne peut pas arriver, il y a des gens qui meurent tous les jours mais il y a aussi des bébés qui naissent tous les jours. Alors, il y aura toujours quelqu'un. Pourquoi cette question?
"..."
"Why do you ask, it's important that you tell me." Pourquoi me poses-tu cette question, il faut me le dire.
"I don't want to talk about it." Je n'ai pas envie d'en parler.
"Did you have a nightmare?" As-tu fait un cauchemar?
"I don't want to talk about it." Je n'ai pas envie d'en parler.
"Why not? It would make you feel better to talk about it. What did you dream about?" Pourquoi pas? Si tu en parles tu te sentiras pourtant mieux. De quoi as-tu rêvé?
"I dreamt that you died" J'ai rêvé que tu mourrais. sanglots
"Well, look at me, I am not dead."  Tu vois, je ne suis pas morte. Je prends sa main, je lui souris.
Elle sanglote toujours, je conduis, je ne peux pas la prendre dans mes bras, juste lui serrer la main.
"But I don't want you to die..." Mais je ne veux pas que tu meures...
"You know I love you and you love me, so no matter what happens, I will always be in your heart. I can not tell you that I will not die someday, that would be lying and I love you too much to lie to you. But I can tell you that when people share so much love, they always stay in each others heart. You know I love you, don't you?" Tu sais je t'aime et tu m'aimes, alors peu importe ce qui arrivera, je serai toujours dans ton coeur. Je ne peux pas te promettre que je ne vais pas mourir un jour, ça serait un mensonge et je t'aime trop pour te mentir. Mais quand on partage un tel amour, on reste toujours dans le coeur l'un de l'autre. Tu sais que je t'aime n'est-ce pas?
"Yes, I know but I don't want you to die." Oui, je sais mais je ne veux pas que tu meures.
"Then I will always be in your heart." Alors je resterai toujours dans ton coeur.
"And if you die and when I die, we will always be together" Et si tu meures, quand je mourrais aussi on sera réunies pour toujours?
"I don't know, sweety, it is a possibility. But remember, love is what really counts and I will always be in your heart because I love you." Ça je ne sais pas, chérie, c'est possible, mais souviens toi ce qui compte vraiment c'est que je serai toujours dans ton coeur parce que je t'aime.

Je ne sais pas ce que c'est que de porter un enfant. Je ne sais pas ce que c'est qu'aimer un enfant à qui l'on a donné la vie. Je ne me fais pas d'illusion sur le fait en tant que mère adoptive que je ne suis qu'une remplaçante et que je ne peux me suppléer à l'amour que ces enfants n'ont pas reçu de leur mère de naissance. Je sais que cette discussion, même si elle me touche profondément ne confirme pas son amour pour moi, mais qu'elle a vraiment peur d'un nouvel abandon et que c'est une peur que je ne puis apaiser, même avec tout mon amour. Quand on choisi d'adopter des enfants qui ne sont plus des nourrissons, on ne le fait pas en espérant un jour être aimé d'eux, on le fait en espérant juste qu'eux apprendront à se laisser aimer. Le seule chose dont on puisse être certain, c'est de l'amour qu'on leur porte. Mieux vaut ne pas se faire d'illusion sur celui qu'ils nous portent en retour. Il est fort probable qu'à l'adolescence, ils nous rejettent complètement et qu'ils partent à la recherche de leurs origines. Alors, on se contente, modestement, de jouir des témoignages de tendresse dont ils sont capables, et surtout on travaille dur pour essayer de réparer les dégâts.

On pourrait facilement croire que leurs comportements viennent de ces premiers mois, ces premières années gâchés et que c'est à eux de faire un travail sur eux-même pour modifier leurs mauvais réflexes. On s'aperçoit cependant vite, avec un peu d'aide spécialisée, qu'en fait ce sont nos réactions en tant que parents par rapport à ces comportements qui les perpétuent, voir qui les induisent. Les parents non adoptifs devraient aussi en prendre conscience. Si même des enfants avec un passé souillé ne sont que des miroirs pour les émotions de parents adoptifs alors on peut imaginer que l'effet est démultiplié quand l'enfant a eu un début de vie normal. Quelqu'un qui compte beaucoup pour moi me confiait l'angoisse de sa fille par rapport à la rentrée. Ma première question fut de comprendre quelle exigence de performance la mettait sous une telle pression qu'elle était incapable de prendre du plaisir à retrouver ses amis. Il ne confirmait pas cette exigence tout en disant que c'est vrai qu'il n'était probablement pas aisé de suivre ses aînés très brillants...Et puis en creusant, il a eu un conflit tout l'été avec son épouse pour que la petite s'entraîne à certains exercices, ce qu'il refusait, afin qu'elle prenne l'habitude d'un nouvel instituteur qui fait faire ce genre d'exercices. Imaginons dans la tête d'un enfant..."Ils me disent que ça n'est pas important d'être bonne en classe, mais ils encensent mes aînés quand ils réussissent et Maman veut que je passe mes vacances à m'entraîner pour l'année à venir." Que croyez-vous que cette gamine va croire, ce qu'elle entend, ou les actes dont elle est témoin. Ça n'est pas à elle de prendre conscience de ses peurs et de les dompter, mais bien à ses parents de comprendre qu'ils en sont la cause et de modifier leurs comportements pour l'aligner avec leur discours. S'ils ne parviennent pas à le faire seuls, alors il leur faut chercher de l'aide.

Quand je puise au plus profond de mon coeur pour répondre aux agressions verbales, parfois physiques de du fillot par des sourires et des mots d'amour, je ne lui renvois pas la réaction qu'il est en droit d'attendre et petit à petit, il finit par me renvoyer celle que j'induis en lui. Mais c'est en fait, la petite Pitchoune, le caniche nain que nous avons adopté avant d'avoir les enfants qui me l'a appris en premier. Elle avait été maltraitée la petite Pitchoune, et pour cause, elle se croyait l'alpha et faisait tout pour faire tourner le monde autour d'elle. Le plus désagréable étant de pisser et chier partout, de préférence juste après ses sorties, pour manifester son contrôle. Elle volait aussi. Le Prince devenait fou, punissait toujours plus fort et elle se rebellait toujours plus. Finalement, nous en avons beaucoup discuté et nous nous sommes dit qu'il fallait trouver un moyen de sortir du cercle vicieux. Et que comme c'était un chien, ça n'était pas elle qui pouvait s'adapter mais bien à nous de trouver une solution. Nous avons donc mis en place un programme de suppression de toutes les occasions de faire des bêtises. Sans les conditions, elle ne pouvait plus manifester sa rébellion et s'est aperçu qu'elle était beaucoup moins punie, et beaucoup plus choyée. En quelques mois, nous avons éliminé ces comportements de retaliation. Comme dans un roman de John Irving, Pitchoune , surtout ce qu'elle nous a appris, était l'une des conditions nécessaires pour être prêts à bien nous occuper de ces enfants. N'empêche que je suis partie tout de même avec un terrible handicap, étant moi aussi RAD (Reactive Attachment Disorder), mais comme la fillotte du type résilient. Si je l'avais compris, je ne suis pas certaine que j'en aurai accepté les conséquences. En tout cas, rien ne me vient naturellement et je dois sans cesse prendre conscience de mes réactions spontanées et tenter de les contrôler pour ne pas traumatiser plus ces petits  qu'ils l'ont été déjà bien suffisamment. C'est un gros effort, mais je crois qu'au bout du compte il me reconstruit, et que tout cela a un sens, car ces enfants me sauvent certainement aussi de moi...

samedi, 02 septembre 2006

"Ce qu'on appelle le bonheur, c'est sa propre capacité d'aimer la vie." Jean Royer

medium_090106raincloseup.jpg
Le billet du jour est ici sur Luxure Artistique.

vendredi, 01 septembre 2006

"On est sur terre pour imaginer le monde et quand on aime, on le transforme." Jean Royer

medium_083106rain.jpg

 


 
A la source de l'intemporalité
Venir ses brûlures vives étancher
Les pouvoirs du quotidien dissimulés
Aux yeux fermés de l'Amour sont révélés

Émancipés des mythes de contes de fées
Des dédales de l'ère d'airain évadés
Se pâmer d'ataraxie sérénité
D'un mot unique rallier la liberté

mardi, 29 août 2006

"Tout l'univers obéit à l'Amour ; Aimez, aimez, tout le reste n'est rien." Jean de la Fontaine


podcast


La suave mélodie émmerge des abysses des arcanes
des coeurs unis

La lumière séraphique des psychés face à face se reflete
en échos d'infini

En une eclipse de temps, le passé, le présent et le futur réconciliés s'allient
L'étendue illimitée du cosmos éthéré dans un bruissement mélodieux s'évanouit
Etincellants d'aura, les corps extasiés d'abandon suprême
transcendent et s'oublient

L'univers évaporé fusionne en enfantant l'éternelle splendeur
époustouflante de la vie

lundi, 28 août 2006

"Le mental voit tantôt le bien, tantôt le mal, mais la vision de la Vérité ne voit que le bien." Arnaud Desjardins


podcast


 

Vous allez encore penser que votre Supplément d'Ame Soeur a disjoncté, que la perte de repères lui monte à la tête, ou peut-être au contraire que ça la rend plus clairvoyante...


C'est comme dans un roman de John Irving. Depuis longtemps, ce qui me fascine dans les romans de John Irving, ce sont ces pièces de puzzle dont il parsème l'intrigue et qui dans le dernier chapitre sont assemblées et prennent enfin leur sens. La vie est comme ça, elle distille au hasard ses outils (blessures, rencontres, connaissances, et même bonheurs), qui souvent paraissent inutiles parce que nous ne sommes pas prêts. Nous  n'avons pas encore acquis les savoir-faire pour les utiliser et nous n'en avons même pas encore l'utilité, pourtant les plus sages sauront les réserver pour plus tard. Lire John Irving faisait sans doute partie de ces outils reçus trop tôt...Les choses arrivent quand elles le doivent, toute tentative de brusquer les évènements nous fait en fait régresser plutôt que progresser. Déjà avant de devoir faire le deuil de la fertilité, je me situais entre un optimisme volontaire à la Voltaire et un fatalisme faraud à la Diderot. L'infertilité m'a offert l'outil de l'adandon de l'illusion du contrôle. Tout à un sens pourvu qu'on aie la patience d'attendre la fin du roman...Ainsi, nous étions infertiles car il y avait déjà deux enfants "conçus" pour nous dans ce monde.

Depuis quelques mois, mon intuition me souffle que quelque chose se trame. Quelque chose qui me dépasse mais dont je vais être une sorte de catalyseur: la Quête.

Il semble que le besoin de donner des noms aux choses provienne d'une prémonition de la nécessité de créer une culture pour mieux véhiculer un sens. En établissant notre jargon et nos rites, nous partageons un univers où l'attention est captivée pour mieux recevoir le message. Seulement l'annonce n'est pas encore prête, pas encore apprivoisée, nous ne sommes pas au dernier chapitre d'un roman de John Irving. Il manque encore des pièces. Certaines d'entre elles n'ont pas non plus leur forme définitive, je les teste ici et là sous une bonne couche de légèreté pour en affiner l'expression, mais l'heure n'est pas venue. Il est si difficile d'exprimer une vision qu'il est préférable d'avoir assemblé toutes les pièces avant de s'y risquer...

Alors, je me contente d'allumer le chemin que je parcours, pas à pas. Ceux qui sont prêts me suivent, parfois éclairent eux-même le pas suivant. Il ne servirait à rien de vouloir entraîner les autres. Toute forme d'évangélisation n'est que l'expression d'un besoin de pouvoir et de contrôle qui pervertit le sens. On ne peut pas précipiter le destin.

Tous les espoirs sont permis.
La petite lumière du clable à  haut debit connecte inlassablement les ames les unes aux autres par leur souffrance.

L'humanité au point de rupture va enfin réaliser son potentiel.
Ensemble, nous pouvons réinventer notre monde.

 

Compagnons de la Blogosphère,
la Quête a commencé...



samedi, 26 août 2006

"Il y a deux sortes de femmes. La femme-bibelot que l'on peut manier, manipuler, embrasser du regard, et qui est l'ornement d'une vie d'homme. Et la femme-paysage. Celle-là on la visite, on s'y engage, on risque de s'y perdre." Michel Tournier

medium_bubles7.2.jpg

Who Wants To Live Forever

 

 

Porter en son corps
Le rictus caressant de la mort
L'extinction de sa lignée
L'échéance de la destinée

Porter en son coeur
Le sourire effaré du bonheur
La vision de la paix du monde
L'amour universel dans sa ronde

 

 

ecoutez-moi
podcast