Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 juillet 2006

"Il y a des larmes d'amour qui dureront plus longtemps que les étoiles du ciel." Charles Péguy


podcast
 
Sur la route de Philadelphie...
medium_Coeur_d_orage_19-Jul-06.jpg
En rentrant de Philadelphie...
medium_En_revenant_de_Philadelphie_20-Jul-06.2.jpg

jeudi, 20 juillet 2006

Variations sur un Fantasme Aude Opus #2



Parfois la simplicite est plus eloquente qu'un long discours...

Ceci fut ecrit par le Chevaleresque peu apres notre rencontre,
avant la publication de Aude Opus #1, 
lorsque je lui ai demande s'il avait devine mon fantasme favori...

Lire la suite

samedi, 15 juillet 2006

"Se séparer, ce n'est pas quitter quelqu'un, c'est se quitter tous les deux." Sacha Guitry

Suintante blessure
Sanglante dechirure
Hurlante brisure
Rampante rupture



Dans un souffle, une seizure
De la peine la parure
De la douleur la culture

 

Comme une tache, une rature
A la hache violente ecriture
Crache sa mesaventure

 

Suintante blessure
Sanglante dechirure
Hurlante brisure
Rampante rupture

 

medium_Stormy_sun_15-Jul-06.2.jpg


podcast



"Il y a l'amour. Et puis il y a la vie, son ennemie." Jean Anouilh



medium_Stormy_sunset_14-Jul-06.jpg

 

podcast

Humeur humour...

Voici une petite histoire qu'une amie m'a envoye aujourd'hui...

 

A man wanted to get married.  He was having trouble choosing among three likely candidates.  He gives each woman a present of $5,000 and watches to see what they do with the money.

The first does a total make over.  She goes to a fancy beauty salon gets her hair done, new make up and buys several new outfits and dresses up very nicely for the man.  She tells him that she has done this to be more attractive for him because she loves him so much.

The man was impressed.

The second goes shopping to buy the man gifts.  She gets him a new set of golf clubs, some new gizmos for his computer, and some expensive clothes. As she presents these gifts, she tells him that she has spent all the money on him because she loves him so much.  

Again, the man is impressed.

The third invests the money in the stock market.  She earns several times the $5,000.  She gives him back his $5000 and reinvests the remainder in a joint account.  She tells him that she wants to save for their future because she loves him so much.

Obviously, the man was impressed.

The man thought for a long time about what each woman had done with the money he'd given her.

Then, he married the one with the biggest boobs.

Men are like that, you know.

There is more money being spent on breast implants and Viagra today than on Alzheimer's research.  This means that by 2040, there should be a large elderly population with perky boobs and huge erections and absolutely no recollection of what to do with them.

Il faut savoir que mon amie doit bien faire un 120 de tour de poitrine ;-)

mercredi, 12 juillet 2006

"Le silence a le poids des larmes." Louis Aragon

Vous avez bien failli lire mon dernier billet ici aujourd'hui.

La journee fut sombre, tres sombre...
Pourtant le Prince m'avait reveillee de ma maniere preferee...
Pourtant, je m'etait adonnee a mes rituels matinaux avec bonheur entouree d'amour...
Pourtant, de tendres visiteurs me caressaient de leur douces pensees tentant de repousser les ombres...

Mais rien n'y faisait, je n'etais que larmes...

Pour courronner le tout, l'arthrite a decide de se reveiller, et pas juste dans la main droite, mais partout, dans tout le corps, comme au plus fort de mes plus grosses crises d'avant les bracelets...J'ose esperer qu'il ne s'agit que de douleurs premonitoires d'un coup de froid...Sinon, je ne sais pas si je pourrais a nouveau supporter cette vie la...

Mon ame devait hurler a l'aide car plusieurs "secouristes" se sont precipites et heureusement car aucun de ces supplements d'ame ne fut superflu...Non, il fallait bien tout ca! Je leur en sais gree...

En ordre chronologique...

Il y a d'abord eu ce fameux commentaire...Si vous aimez ces pages vous pouvez remercier daniel car sans lui, vous auriez eu un petit mot desabuse, commentaires fermes et bye bye...Ca n'etait pas premedite...Mais vu mon etat d'esprit, je serai allee jusqu'au bout, d'un coup.

Et puis, il y a eu la confirmation du degre de synchronisation d'une certaine invraisemblance...Encore des larmes en exprimant certaines choses et puis d'emotion partagee un peu plus tard.

Et puis, il y a eu une tentavive d'explication "long overdue" comme on dirait ici...Elle m'a beaucoup fait pleurer, mais j'en avais vraiment besoin...Il y a deux type de deuils. Le deuil ferme, c'est fini et il n'y a plus rien, comme la mort bien sur, mais aussi, si un jour on m'avait dit "vous ne pourrez pas enfanter" ca serait devenu un deuil ferme. Et puis il y a les deuils ouverts...Ma vie est ponctuee de deuils ouverts, le Dieu Indifferent, l'infertilite sans cause identifiee, le Maitre, le Chevaleresque,...Les deuils ouverts sont encore plus difficiles a gerer. Ils causent des souffrances a repetitions parce qu'on ne peut s'empecher de garder un espoir aussi infime soit-il...Pour les gerer, il faut arriver a en parler...Ca fait mal...

Et puis, il y a eu un echange sans pirouette, sans echapatoir, le coeur a nu, encore beaucoup de larmes mais aussi un soulagement d'avoir pu exprimer des emotions trop refoulees.

Et puis, un premier petit mot "off blog" inattendu, un message de confiance, le scintillement d'un brin d'espoir et le fretillement d'une nouvelle inspiration.

Et puis, la compassion du Prince des Fleurs qui essaie par sa tendresse de calmer les larmes de peur que sucite la crise d'arthrite.

Je suis contente que cette journee soit derriere moi, j'espere que l'arthrite va me laisser dormir pour que je puisse rejoindre des reves plus joyeux!

Et ne vous inquitez pas ma gourmandise de vie, d'amour et d'ecriture reste insatiable...

samedi, 08 juillet 2006

"La réalité n'est qu'un point de vue." Philip K. Dick

medium_Coeur_d_orage_1-jul-06.jpg

lundi, 03 juillet 2006

"Il est permis à un amant de chercher les moyens de plaire, et on doit lui pardonner lorsqu'il a réussi." Marivaux

medium_Stormy_sunset.jpg

Silencieuse devenir votre ombre
Discrete cachee par la penombre
Dans le nean infini me fondre
Sans plus pouvoir correspondre

Dans l'abime notre amour sombre
S'enfonce dans les decombres
Un bout de mon coeur s'effondre
Me laisse perdue a me morfondre

Silencieuse devenir votre ombre
Discrete cachee par la penombre
Dans le nean infini me fondre
Sans plus pouvoir correspondre

lundi, 26 juin 2006

"Les mots c'est comme des bulles d'air. C'est brillant, c'est doux quand ça passe et après, vous cherchez et y a rien." Claudette Lawrence

medium_In_my_buble.jpg


podcast

Juste pour eviter de se prendre trop au serieux ;-)

samedi, 24 juin 2006

"L'espoir est une bulle irisée qui colore fugitivement la vie." Jean Mauduit

medium_L_Orage.jpg

podcast
 

Sans exigence de conciliabules
Fuyant fieres le precieux vestibule
S'echappant du fin fond de l'abside
Coulant le long de cuisses humides
Du desir mystiques funanbules
A la saveur exquise ces bulles
Ennivrantes, brulantes et fluides
Sources vaporeuses et liquides
Transforment la glace en canicule
Et convertissent les incredules
Fabuleux aventuriers splendides
D'une epopee toujours plus torride
Et puis delaissee la somnanbule
S'eloigne dans le crepuscule
Intrepide lucide languide
Dans l'orage violent et limpide

 

Et le Rituel continue...

medium_062406lightning.jpg
 Courtesy Blue Ridge Muse
Cette nuit sur les Blue Ridge Mountains 

mercredi, 21 juin 2006

"Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n'est pas vain ; c'est là qu'ils doivent être. À présent, donnez-leurs des fondations." Henry David Thoreau

Sur la magnifique route de Washington, en chemin pour chercher les enfants, trouver les mots pour reveler au Prince la naissance de la nouvelle Aude. Pour le Prince, securite et stabilite sont les bases du bonheur. Mes nouveaux projets ne vont pas forcement dans cette direction, nous travaillons donc a un compromis.

Surtout, pour la premiere fois, nous parlons tranquillement de la blogosphere, de l'interaction du virtuel et du reel, de son influence sur nos vies. Nous parlons de la motivation profonde de mon besoin d'ecrire. Nous parlons du deuil de fertilite, de la blessure profonde qu'il a laisse. Nous parlons de l'urgence, de la boulimie de creation. Nous parlons de l'accouplement creatif, de comment la creation en couple parvient a adoucir mon affliction, comment la production d'une oeuvre est devenu ma maniere de porter et de mettre au monde un bebe. Nous envisageons meme de le faire ensemble un jour, mais pas tout de suite...

Il comprend tout, finit mes phrases, anticipe mes pensees...Il est formidable mon Prince des Fleurs...Il sait deja pour les amants...Il le prenait en grand seigneur malgre le coup a son ego, mais en 12 ans j'ai tout de meme appris a l'appaiser...Maintenant, il ne fera plus obstacle, n'essaiera plus de brider, de controler. Plus besoin de ruser pour menager sa succeptibilite, enfin si, il faudra toujours le faire ;-), il a toujours tellement besoin d'etre rassure, mais en tout cas plus pour ecrire, plus pour bloguer, plus pour creer avec des partenaires, plus pour accomplir le destin qui s'offre a moi,...

Le 15-Juin-2006, une nouvelle femme est nee d'un long processus...sans doute plus un processus de mue...grandir au dela des limites de son enveloppe et devoir s'en debarrasser pour grandir encore...La nouvelle peau pourtant couvre toujours l'ancienne forme avec ses faiblesses et ses forces. Ces forces, principalement la capacite a executer lorsque le but est defini, sont precieuses pour reussir la pleine tranformation...

Compagnons de la Blogosphere,
preparez-vous,
notre Quete prend forme!

lundi, 19 juin 2006

"Le poète a inventé la nymphe mais la nature avait déjà créé l'océan, le nuage et la femme." Anatole France

Samedi, dans un ciel de ce bleu pur virginien si irreel, une seule petite boule de coton noire venait obscurcir le soleil.

Dimanche, le ciel fut sans le moindre nuage...Je croyais que le Troisieme Visiteur avait tourne la page, j'etais un peu triste, il ne reviendrait plus celebrer d'orages avec moi.

Je me trompais...Aujourd'hui, des ma sortie du bureau, l'orage gronde et explose alors que j'arrive a la maison. Je reste de longues minutes, dans la chaleur tropicale de l'ete de Virginie, a gouter sa caresse fraiche et legere.

Cependant, mon desir de luxure artistique est puissant et c'est ici que vous trouverez mon billet du jour.

samedi, 17 juin 2006

"Une femme ne laisse entière liberté à l'homme qu'elle aime que pour mieux jouir de l'exclusivité de son amour." Georges Dor

La connexion est etablie...C'est un lien tres profond, tres puissant...Une attache qui se cree a partir d'une empathie de la souffrance...Dans le reel, les ames cachent leur douleur, l'enfouissent, et nous parcourons la vie en repondant "oui, merci" a chaque fois que quelqu'un nous dit "bonjour, ca va?".

Mais, ca ne va pas...

Chacun a ses propres blessures plus ou moins profondes, ses doutes, ses peurs, mais aussi ses desirs et ses reves, et les cache.

On en parle parfois, a son compagnon, a ses parents, a sa fraterie, a ses amis mais ils sont trop proches, et puis ils n'ont pas envie de nous voir souffrir alors ils essayent de nous convaincre que cette douleur est injustifiee. Et puis, ils oublient...Ils oublient de prendre en compte cette angoisse dans leur interpretation de nos gestes, de nos paroles, de nos actions et reactions. Il faut dire qu'etre impuissant par rapport a l'affliction de ceux qu'on aime est probablament la situation la plus inconfortable. Pourtant, rien ne nous definit mieux que ce mal de vivre, rien n'influence plus notre comportement. Alors, il faut trouver un autre moyen de parler de ses maux. Beaucoup vont voir un psy, certains, comme la plupart de ceux qui liront ceci, ecrivent, bloguent.

C'est pour cela que la connexion est speciale.

Lorsqu'un homme parvient a vous avouer qu'il n'a jamais reussi a jouir avec une femme, ou un autre vous raconte qu'il s'est laisse faire une fellation par un pedophile pour de l'argent a l'age de 14 ans, ca remue...Et quand ensuite, ils ecrivent des pages sublimes a votre gloire et  finissent par declarer leur amour, vous avez envie de les croire.

Et puis surgit l'autre. Elle est deja leur compagne, ou peut-etre aurait du l'etre, et elle n'est pas partageuse!

Elle se reveille parce qu'elle s'apercoit de votre existence, et parce qu'elle constate l'etendue du changement qui rend ces hommes beaucoup plus seduisants.

Pourtant, c'est bien vous, votre ecoute, votre compassion, votre regard qui leur avez reconstruit leurs egos, qui les avez fait grandir la ou la "legitime" avait echoue.

Mais elle, elle a l'avantage du terrain. Elle est la, et vous pas. Elle est disponible, et vous pas.

Alors, ils utiliseront votre essence pour raviver la flamme avec elle, ils croient que c'est elle qui pourra les rendre heureux et que son exigence d'exclusivite est une preuve d'amour. Preuve de quoi?  De son egoisme? De son propre manque de confiance en elle?

Il vous serait facile de detruire ce rebond d'une seule publication. Si elle lisait ce qu'ils ont ecrit de vous, parfois d'elle, surtout en comparaison avec ce qu'ils ecrivent pour elle, elle serait brisee. Et eux, toujours guides par leur manque de confiance en leur virilite, parfois justifie, ils publient fanfarons, aveugles par la fierte d'avoir su reconquerir le coeur de leur dulcinee...sans se rendre compte de la cruaute de leur etalage pour vous...

Mais vous, vos sentiments sont desinteresses, au point de les laisser croire a ce nouveau bonheur, au point de sacrifier le votre a leur illusion du leur.

Alors, vous vous contentez de relire nostalgique...parce que des mots comme ceux-la ne peuvent pas etre oublies, ils sont sacres, ne peuvent pas etre sacrifies.

 Vous vous effacez...

Vous savez qu'un jour ou l'autre votre essence en eux s'epuisera, et que leur couple "exclusif" s'eteindra faute de combustible.

Heureusement, ces ames blessees qui fusionnent avec la votre ne sont pas toutes celles de males en mal de virilite. Alors il vous reste la tendresse infinie de ces autres ames soeurs pour vous aider a continuer votre chemin en leur souhaitant bonne chance.

N'empeche, l'exclusivite est un fantasme.

Personne ne saurait etre tout pour l'autre.

Quand on aime, on veut tout pour l'autre...

Sur l'un de ces blogs, une ame plus lucide que les autres, au lieu de s'extasier sur la merveilleuse exclusivite retrouvee de ce couple si formidable, avait commente qu'elle esperait que l'Autre Femme ne lirait jamais ces lignes si infames pour elle. Lui n'a pas supporte qu'on lui souligne sa cruaute, alors il l'a retire...peut-etre croyait-il que c'etait moi qui ecrivait ce commentaire, ca aurait encore flate son ego, mais non, ca n'etait pas moi...

Je les ai lues ces lignes. Elles ne me blessent pas. Ce qu'il a partage avec moi et ce qu'il en a ecrit est autrement plus beau!

Merci tout de meme de votre sollicitude LOU :-)

vendredi, 16 juin 2006

"Et si la mort n'était qu'une infinie répétition du premier jour ?" Jacques Attali

Un sombre jour d'octobre 2005, sans bien s'en rendre compte, prendre une décision futile dont on ne mesure pas les conséquences...quelques mots anodins jetés dans un courriel:

 

Bonjour Eric,
je pense à vous parfois et me demande ce que vous devenez. J'ai pensé à vous googler et c'est comme ça que j'ai trouvé cette adresse...

En ce qui me concerne, je vis toujours aux Etats-Unis plus exactement dans l'Ouest de la Virginie. Mais je ne suis plus avec Cap depuis 18 mois. Mon mari et moi avons adopté deux enfants, il y a deux ans. Lamondre un petit garçon de 6 ans et Deja, sa sœur de 5 ans. Je crois que finalement le destin a bien fait les choses pour nous. Vos enfants doivent être grands maintenant...

Je vous embrasse.

Aude.

 

 

Qui aurait pu imaginer que ce battement d'ailes de papillon un jour de pluie, puisse déclencher, neuf mois plus tard, un tel ouragan...neuf mois...le temps de mettre au monde un enfant...magie de la vie qui m'a été refusée...

 

Souvent, se dire, c'est la crise de la quarantaine ma fille, tout le monde en passe par là, ravale tes aspirations, tes rêves, prends le mord aux dents et continue d'avancer...de faire ton petit bonhomme de chemin...d'essayer juste d'être quelqu'un de bien...de pourvoir aux besoins de ta famille...

 

D'aucuns diront, ceci est un simple concours de circonstance, un clin d'œil du hasard. Perdre un amour et son travail en 10 jours, ça arrive à des tas de gens, tous les jours...on s'en remet, enfin c’est plus dur aux US, mais il y a beaucoup plus grave…

 

Seulement voila, derrière il y a neuf mois...Neuf mois pour la naissance d'un nouveau moi...Et le destin ne se contente pas de me montrer le chemin, il l'illumine, l'inonde de lumière fluorescente pour qu'il me soit impossible de le manquer, et éteint aussi toutes les autres voies.

 

Voici donc aujourd'hui, 15-Juin-2006, j'ai l'honneur de vous annoncer la naissance d’Aude. Sur un gros rocher froid et humide, après une ballade baignée de sanglots dans la forêt de Virginie, retirer mes lunettes et à travers la buée de mes larmes et ma myopie, voir clair.

 

Notre monde est désaxé, il bousille les gens de l'intérieur.

 

Le poids des conventions sociales et du conformisme, ces contes de fées idiots qui deviennent nos rêves, les attentes irréalistes des uns et des autres qui nous gouvernent, sans parler de l'ineptie profonde du monde économique, détruisent les individus que nous sommes, les avalent, les digèrent, les transforment en une bouillie gastrique répugnante.

 

Et dans le marasme glauque et révulsif des apparences qu'on tente en vain de protéger, une petite lumière brille dans un câble à haut débit. Elle court et parcourt sans relâche d'un bout à l'autre de notre planète exsangue pour raccorder des âmes les une aux autres. Ces âmes, elles ont toutes choisi de ne plus mentir, de ne plus paraitre, de ne plus se mentir et de ne pas disparaitre. Ces âmes sont l'expression de ce que nous avons de plus beau. Bien sur, il y a des tricheurs égarés, mais ils ne durent pas longtemps, seule les âmes pures peuvent survivre dans la durée. Et la petite lumière du câble à haut débit besogne hardiment courageuse, elle sait qu'elle a le pouvoir de faire les associations les plus improbables et les mieux réussies. Elle sait que reliées par leur souffrance et leur profond rejet, plus ou moins conscient, de la société qui les entourent, ces âmes forment des cercles de résistance. Pour l'instant, ces nouvelles communautés restent plus ou moins silencieuses, mais elles grandissent, petits ruisseaux de pluie formant une rivière et bientôt un fleuve, un océan, un raz de marée qui ne pourra plus être endigué.

 

Ne vous méprenez pas, ce discours n'est ni politique, ni religieux. Ce discours est le chant, le hurlement, de l'humanité au point de rupture.

 

Le monde dit "virtuel" de la blogosphère est en fait le plus réel des univers et en son sein est en train de grandir notre prochain bond dans l’évolution.

 

Illuminée, vous allez penser. Elle, la nymphomane monomaniaque qui transforme les frustrés en bombes sexuelles, qui se croit "visitée" par des satyres lubriques à toute heure du jour ou de la nuit, qui passe à l'acte au risque de démolir couples et familles, qui ne peut pas se satisfaire de un, deux, trois, quatre,....une infinité d'amours simultanés; elle, l'infertile trou noir de création qui aspire les Mozarts assassinés pour mieux les ressusciter; qui est elle, elle qui voit la blogosphère comme la source d'un nouveau big bang ?

 

Qui est-elle ? Votre supplément d’âme ? Votre supplément de charme ? Votre supplément de larmes ? Votre supplément d’infâme ? Votre supplément de drame ? Votre supplément de flamme ? Votre supplément de femme ?

 

Qui est-elle, une folle furieuse ou une visionnaire ?

 

Aujourd’hui, 15 Juin 2006, premier jour d’une nouvelle vie.

 

Une vie où on ne sacrifie plus ses valeurs au confort, son bonheur à l’effort.

 

Une vie où l’on transforme ses rêves en réalité, où le dernier masque a éclaté.

 

Une vie où les familiers trouvent leur place, ou alors s’effacent.

 

Une vie où la petite lumière du câble à haut débit illumine et enlumine.

 

 

Compagnons de la blogosphère,

notre quête a commencé !

 

jeudi, 15 juin 2006

"La sagesse n'est qu'un gros nuage sur l'horizon." Francis Picabia

medium_Blue_Ridge_Mountain_Storm.gif
podcast
 
Dans le sillage du fuselage
 De vos nuages d'orage
Partage de l'ouvrage
Du demarrage des derapages
Sans ombrage, sans ancrage
Sans rage, sans baggages
Vagabondages et passages 
Apprentissages et dechiffrages
Ni sages, ni sauvages
Feutrage de l'eclairage
Hommage au mirage

 
Chantage de l'entourage
Sevrage des marivaudages
Otages du courage
Sabordage et naufrage
Sabotage sans sauvetage
Outrages

mardi, 13 juin 2006

"La passion, la douleur, sont des éléments qui contiennent un peu d'absolu, qui font qu'il y a plus que le soi de tous les jours." Yasmina Reza



podcast


 

Samedi, les nuages noirs sont restés à portée de vue toute la journée...Ombres protectrices veillant au lointain...Et puis, alors qu'ils remplissaient l'horizon des reflets d'un couchant époustouflant, dégusté dans une balancelle lancinante depuis la terrasse à la vue exceptionnelle de Céleste et Bob, soudain la Lune pleine, toute ronde et énorme se faufile un court instant, comme un clin d'œil bienveillant de votre âme à la mienne. Sourire, vous trouvez toujours le moyen de me surprendre!

medium_061206moon.jpg
Courtesy Blue Ridge Muse
 

Cette nuit, au plus profond des ténèbres, un violent claquement de tonnerre, tel le hurlement d'un animal blessé, me réveille en sursaut et le trop plein de larmes du ciel se déverse rageur sur la Virginie endormie. Vous êtes là, sur moi, en moi...comme enragé par le déchainement des éléments, et pourtant, si attentif, si prévenant, si chevaleresque. Toujours la cohabitation sereine de ces extrêmes si fascinante, c'est votre marque, le tatouage indélébile de votre âme. Mon sexe frémit, mais c'est surtout mon âme qui est parcourue d'un long frisson presque d'effroi, touchée par votre noirceur. Votre âme a en effet revêtu la couleur sombre des premiers instants, le ton obscure du premier orage, alors qu'elle voulait s'imposer à la mienne coute que coute, être reconnue par tous les moyens. 

 

Votre douleur, je la sens... La mienne, je la connais bien, je l'ai regardée au fond des yeux et je lui ai résolument tourné le dos en la confiant à la Rivanna et j'ai confiance. Là, ce ne sont pas mes maux qui me heurtent mais les vôtres. Je vous implore, je vous supplie de me laisser les faire miens. Mais vous résistez. Il vous faut toujours résister. Vous sacrifier. Me protéger contre moi-même et contre vous. Comme si vous pouviez infléchir la volonté impitoyable du destin qui se joue de nous malin. Comme si ne pas admettre la chanson de votre coeur avait pu l'étouffer, avait pu me la dissimuler. Comme si trancher tout contact pouvait rompre l'enchantement. Nous n'avons pas lancé ce sortilège, il n'est pas en notre pouvoir de le conjurer.

 

J'ai peur pour vous,
j'ai peur des risques que vous prenez pour vous sentir vivre,
j'ai peur que vous vous perdiez...

 

Il faut arrêter de souffrir...pas par ma faute...pas à cause de moi...
J'ai répondu à l'appel de votre âme pour alléger votre fardeau...
C'est notre pacte tacite...Respectez-le...Choisissez d'être heureux...

 

Après l'abandon dans mon corps,
Trois mille six cents secondes en or,
Acceptez l'offrande de ma science,
Soulez-vous de mon essence,
Buvez mon âme jusqu'a la lie,
Trouvez en moi l'ivresse de l'oubli.