Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 mai 2008

à bout d’ailes

il est toujours
à bout d’ailes
à bout de nous

plus que la tendresse
infinie
qui bascule

parfois obscurcie
d’un bref mirage

mais toujours présente
omniprésente
omnipotente

comme une grâce de pivoine
un soir oublié
une brassée d’innocence
un jour troublé

et puis cette parfaite lenteur du temps périmé
la couleur du fond de l’aube