Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 mai 2009

à l’abandon

ce qui se passe lorsque le silence s’enracine est indécent
orgie sordide d’amalgames meurtris qui s’étouffent de leur propre langue
escarres de fayence absorbés des réflexions de leur obsolescence

tout m’écarte, m’écartèle, vais-je enfin me rendre ? m’exclure de l’équation ? ou simplement m’amenuiser jusqu’au zéro absolu ?

l’absolu est un rire blanchâtre au fond de la gorge dont le goût acidulé déchaîne la chienne

l’absolu n’est pas ces mots coagulés dans le meurtre d’un songe usé jusqu’à la transparence

faut-il continuer à aimer comme on lance de pleines poignées de confettis à la grâce de la gravité ? ou simplement clore les yeux ?

ces couleurs ne m’appartiennent pas, elles glissent leur douceur entre les seins sans pénétrer

aimer reste vain ou vin…retour de caniveau pour excès de vieillesse

s’abandonner est-ce abandonner ?

Les commentaires sont fermés.